SEQUESTRATION DU CARBONE

 

Grâce à la photosynthèse, la biomasse lignocellulosique devient le séquestreur du carbone atmosphérique (sous forme de CO2) le plus rentable et écologique sur Terre.

 

La mise à disposition de la biomasse lignocellulosique est largement suffisante en n’utilisant que ses résidus pour fournir l’énergie mondiale et renouvelable. 

LES PAILLES DE CEREALES

 

Les céréales concernent toutes les variétés de blé, maïs, riz, orge, seigle, d’avoine, etc…

 

La FAO anticipe pour 2020 une récolte annuelle de plus de 2 milliards de tonnes de céréales.

 

Ce sont donc près de 2 milliards de tonnes résidus lignocellulosiques sous forme de paille qui seront disponibles et valorisables.

LES RESIDUS DE BOIS

La FAO indique une production mondiale de bois sec de l’ordre de 4 milliards de tonne par an.

 

En foresterie industrielle 1/3 du bois reste sur site et devient un résidu lignocellulosique non valorisé.

 

Son avantage est d’être disponible sans changer le système d’exploitation actuel.

LA BAGASSE DE CANNE A SUCRE

 

C’est la partie fibreuse obtenue après l’extraction du sucre de canne.

 

Plus de 500 millions de tonnes sèches sont collectées chaque année et utilisées pour fournir l’énergie thermique requise dans les sucreries.

 

Avec un prix mondial du sucre en chute libre, ce secteur de l’énergie ne suffit plus à assurer un équilibre financier de cette industrie sans avoir de subvention.

LE PALMIER A HUILE

 

Concomitant à la production d’huile de palme, le palmier à huile génère annuellement une production globale de près de 300 millions de tonnes de matières sèches.

 

Elles sont disponibles immédiatement dans les usines, dont 30% seulement sont utilisées pour les besoins énergétiques. Le reste devenant un résidu lignocellulosique non valorisé.

 

En valorisant ce résidu, cela apportera à ces plantations une image écologique forte en doublant les profits sans rien changer à l’existant.

LES PLANTES ENERGETIQUES

 

C’est le type de biomasse lignocellulosique le plus facile à valoriser et à produire.

 

Les plantes énergétiques requièrent peu d’engrais, peu de pesticides et elles se développent sur des sols pauvres ou dans des pâtures extensives. 

 

Parmi les plantes énergétiques très courantes, le Miscanthus, ou elephant grass, est considéré comme la ressource carbonée la plus adaptée pour fournir en énergie et produits le monde entier.

NCCSU™ et LEEBIO™

 

Tous ces résidus lignocellulosiques peuvent assurer à eux seuls l’apport mondial nécessaire en énergie et en matière première tout en respectant le cycle du carbone naturel par le concept du NCCSU.

 

La technologie LEEBIO™ extrait ses produits à partir de ces matières premières avec un impact économique et écologique sans précédent,

 

sans AUCUNE émission de CO2 fossile